Logo_ok

QUE PUIS-JE FAIRE pour le Mojoca ?

Sans doute, êtes-vous convaincu que le MOJOCA répond à un réel besoin, que le mouvement est le coup de pouce nécessaire pour que des jeunes sortent de la rue, puissent (re)trouver leur dignité et une place dans la société.

Et vous vous demandez ce que vous pouvez faire ?

Selon vos moyens, motivations, disponibilités, talents, il est possible de s’engager de nombreuses façons :

  • Vous pouvez demander que vous soient envoyés les informations sur le mouvement et notamment le bulletin que nous publions régulièrement.
  • Vous pouvez participer aux événements organisés par le réseau belge : des concerts, des repas, diverses animations sportives, culturelles, etc.
  • Vous pouvez participer à nos AG. Visitez nos actualité et notre agenda
  • Vous avez des talents : artiste, chanteur, jongleur, conteur, humoriste… Vous pouvez animer un événement organisé par le réseau belge ou même organiser un événement avec l’aide du réseau. Contactez-nous
  • Vous n’avez pas beaucoup de temps, mais voulez marquer votre solidarité par une intervention financière :

carte2015v4-2

Versement2

  • Vous êtes enseignant, responsable d’un mouvement de jeunesse, délégué syndical, animateur dans une paroisse, une association culturelle, etc et vous voulez mettre sur pied une activité de sensibilisation et de solidarité.

EXEMPLE : comme enseignant, vous voulez proposer le Mojoca comme projet de solidarité de votre école pendant un an : présentation du Mojoca, marches parrainées… vous pouvez faire appel à un membre du réseau qui viendra faire les animations dans les classes, etc. Contactez-nous

V

DE BELLES CHAÎNES D’AMITIÉ.

Cette année encore, plusieurs écoles se sont mobilisées pour des actions de solidarité avec les jeunes de la rue du Mojoca.

A Rèves, les élèves et les professeurs de Sainte Marie sont fidèles au projet depuis des années. Après des séances de sensibilisation en grands groupes, Chantal et Sophie ont pris le relais et ont fait le tour des classes pour rappeler les objectifs de la course parrainée. Deux élèves de 1° année, Mathis et Maëlys, ont même rejoint leur groupe « Entre nous »sur WhatsApp. Mathis a écrit : « C’est formidable de pouvoir les aider et leur donner le gout de la vie ». D’autres ont vendu de l’artisanat réalisé par des jeunes du Mojoca, le soir de la réunion des parents. Le jour de la course, l’équipe organisatrice a incité les élèves à s’inspirer des valeurs des jeunes de la rue : entraide, solidarité, respect et, bien sûr, amitié. D’après le sous-directeur, l’ambiance n’a jamais été aussi chaleureuse ! Et ce qui ne gâche rien, le soutien aux chantiers du Mojoca dépasse les 6.000 euros.
A l’International School of Brussel (ISB), c’est une élève, Astrid, et son papa qui veillent chaque année à ce que les jeunes du Mojoca fassent partie des projets de solidarité proposés aux classes de l’école. Les élèves y participent aussi à des activités sportives.

Enfin, l’Institut Notre-Dame (INDA) d’Arlon a renoué des liens avec Mojoca et nous a largement ouvert ses portes. Séances de sensibilisation de grands groupes, interventions dans des cours d’espagnol, animations de plus petits groupes, … Au final, partage avec d’autres associations des résultats de la journée sportive et solidaire.
Au-delà du soutien important (plus de 10.000 euros) aux chantiers des jeunes de Ciudad Guatemala, ces animations sont de belles occasions de faire de l’éducation au développement  : de réfléchir avec les élèves aux causes sociales et politiques qui condamnent des familles à vivre dans des bidonvilles et des jeunes à préférer la rue à la maltraitance. C’est à travers le vécu difficile et les rêves de jeunes de leur âge que les élèves découvrent à quel point les droits des jeunes sont bafoués dans des pays où des régimes autoritaires et violents font la « loi ». Et il n’y a pas que le Guatemala  ! Combien de fois n’avons-nous pas entendu : « Nous avons bien de la chance ici ».
Un tout grand merci. Et pourquoi pas dans « votre » école ?

P3

V

VISITE À L’ÉCOLE SAINT-ETIENNE DE VOTTEM

La maman d’Esteban est venue à l’école. Elle nous a parlé de l’ASBL MOJOCA. Nous avons reçu beaucoup de documentations, des photos… un CD et nous sommes partis à la découverte de ces jeunes qui vivent au Guatémala. Nous avons appris qu’ils sont nombreux à vivre dans la rue, cotoyant régulièrement la violence, la pauvreté mais aussi l’entraide ! Ils veulent s’en sortir, avoir des papiers, aller à l’école, obtenir un diplôme …

Vottem

Gérard Lutte et Kenia sont venus à l’école. Ils nous ont raconté les difficultés rencontrées au quotidien par tous ces jeunes. Ils ont surtout écouté et répondu à nos questions .

« Comment fait-on pour vivre dans la rue ?, Pourquoi vous occupez-vous d’eux ?, Ont-il des chances de s’en sortir ? … Quels sont les métiers qu’ils peuvent apprendre ?»

A Kénia , nous avons demandé si elle n’avait pas envie de rester en Europe et qu’elle était son état d’esprit en voyant le luxe dans lequel nous vivons…Elle nous a répondu qu’elle se réjouissait de rentrer chez elle au milieu des siens !

Une belle expérience pour 240 enfants et leurs enseignants qui ont pu ainsi partager des réalités si différentes .

Françoise Henrard, Institutrice en 6ème année à l’école Saint Etienne Vottem

V

DES JEUNES S’ENGAGENT…

Les jeunes qui s’expriment dans ces capsules font partie du groupe de Rèves.

Ils se réunissent régulièrement avec quelques adultes (parents et professeurs). Ces jeunes ont déjà assuré une présence du Mojoca à Nivelles pour la journée de solidarité Nord-Sud. Ils ont aussi coorganisé un concert de Noël et un rallye à Rèves. Ils disent leur plaisir et motivations à s’engager.

 

 

DES ELEVES ET DES ECOLES SE MOBILISENT…

En ce début d’année, Astrid, Esteban, Tom, Maxime, Hélène, Chantal, Sophie, Martha, … des élèves, des enseignants et des parents se sont mobilisés pour organiser dans leurs écoles des actions de soutien au MOJOCA.

A Bruxelles à l’école internationale, à Habay à Saint Benoit, à Rèves à Saint Michel, à Liège dans une école primaire, des animations, des marches parrainées, des ventes d’artisanat, un tournoi de belote, une soirée dansante, … de multiples occasions de sensibilisation aux mécanismes du « maldéveloppement », de belles manifestations de solidarité. Le tout dans la bonne humeur et un climat d’amitié avec les jeunes de la rue.

DSC_1364A

Le témoignage de Marie

Son professeur a proposé à Marie Stas, élève de 3ème secondaire de rédiger un petit article sur son implication et celle de ses camarades dans la préparation d’une marche parrainée à Saint Benoit (Habay). Tout un programme…

Marie raconte…

 

DES ADULTES EN DANSANT…

Hélène et ses amies ont organisé une deuxième soirée dansante « chic’éthique » qui a connu un beau succès à Habay.

 

Habay

Habay4

11780402-web-boutons-d-icone